Archives mensuelles : mai 2012

Chronique album : ROD PIAZZA

ROD PIAZZA & THE MIGHTY FLYERS

Album “Blues in the dark” 1991

Black Top Record/ 2008-réédition et distribution EU Hep-Cat Record 2744-2

rod_piazza_blues_in_the_dark

Rod Piazza est sans doute l’un des meilleurs harmonicistes de Blues moderne et cela est du paradoxalement à un attachement fidèle au Blues profond de ses illustres mentors. Aussi on s’étonne que sa renommé ne soit pas l’égale de celle d’un William Clarke, Kim Wilson, James Harman, Mark Hummel ou encore Charlie Musselwhite. L’histoire raconte que Bruce Iglauer aurait failli le signé pour Alligator et qu’il choisi au dernier moment Rick Estrin des Little Charlie and the nightcats (on lui pardonnera !). Peut-être le soutien d’un très grand label de Blues aurait donné une autre envergure à sa carrière ?
Pour autant celle-ci est loin d’être ridicule car déjà riche d’environ une petite trentaine albums pour divers labels dont une partie et sans doute dans les meilleurs, pour le label de la Nouvelle-Orléans : Black Top record.
Né à Riverside, Californie, Rod découvre comme beaucoup, l’harmonica avec les disques de Little Walter et a la chance de rencontrer très tôt celui qui deviendra son mentor, ami et associé : l’excellent George Smith venu rechercher le soleil et une plus grande notoriété en Californie. Dès lors il enregistrera pour et avec ce dernier plusieurs albums pour le label Blue Horizon en fondant notamment le groupe « Bacon Fat ». C’est durant ces années que Rod Piazza, façonnera son style, au contact de super guitaristes comme Holywood Fats, Junior Watson, Rick Holmstrom, et Alex Schultz….rien que ça !. C’est aussi le début de sa collaboration avec la pianiste Honey Alexander qui deviendra sa compagne à la scène comme à la ville et avec laquelle il fondera son groupe les « Mighty Flyers ».

La composition de ce combo variera régulièrement et seul le couple reste immuable. Sur ce disque on peut noter que le bassiste Bill Stuve est présent sur 13 albums des Mighty Flyers, Jimi Bott le batteur sur 3 ! Cette section Rythmique présente ici a un pedigree des plus impressionnants (The Fabulous Thunderbirds, Jimmy Rogers, Mark Hummel, James Harman, William Clarke, Billy Boy Arnold, Gary Primich, Candye Kane….dans le désordre, à l’envers et j’en passe !!!) On notera une grande habitude des harmonicistes !
C’est le New-Yorkais Alex Schultz, qui officie ici à la guitare. Sa présence vaut à lui seul l’achat de ce CD et à été ce qui a motivé mon choix de chronique parmi les 6 albums de Rod que je possède (tous plutôt très bon !). Son pedigree est, lui aussi remarquable, il aurait

L’album commence sur le fameux standard “Too Late Brothers”, hommage à Little Walter, tout en finesse et efficacité où le talent d’harmoniciste se fait déjà entendre sur un chorus final plein de feeling qui marque le sens du placement remarquable de Rod.
« Bad Bad boy », est un Chicago Blues enlevé avec la ligne de basse du fameux « Linda Lu » de Ray Sharp, on y entend ici les premiers salves décochées par Alex Schultz qui font mouches, rehaussées par une démonstration en 1ère position du leader.
Le troisième morceau est une reprise de George Smith. Blues lent, où le jeu de piano de Miss piazza nous emmène littéralement vers un chorus d’Alex Schultz qui nous montre combien il maitrise les leçons d’un Pee Wee Crayton ou d’un T-Bone Walker. La contrebasse est magnifique et l’accord avec la batterie crée ce climat propice aux attaques-détentes : un boulevard pour l’harmonica de Rod.
« Hear me knockin’ » est un Funky Blues, pas forcément ce que je préfère à la base, mais là encore Alex nous gratifie d’un chorus façon Albert Collins des plus sympathique et Rod n’est pas en reste pour finir le boulot !
La reprise qui suit, « too tired », un Rockin’ swing de toute beauté dont la place est entièrement laissé à Mr Schultz qui dès l’intro donne le ton pour 4 min 30 de pur bonheur.
La composition qui suit est clairement un hommage à George Smith, avec « Wadsworth (Blues for George) », un Blues lent, très sombre, ou la maitrise du chromatique en 3ième position pose une ambiance très tendue, les nappes de piano et le jeu de batterie ni sont pas pour rien. Là encore Alex Schutz nous ébloui de sa classe. Un des grands moments du CD dont on regrette la fin en sourdine….
« In the dark », reprise sur un tempo moyen, permet une fois de plus de mettre en évidence chacun leur tour, les deux solistes, et de montrer qu’une composition somme toute classique, peut prendre tout son poids lorsqu’elle est ainsi jouer.
Suit encore une composition de Little Walter « The Toddle », second instrumental de l’album, dans un style Blues Rocksteady, qui ne dénoterait pas dans la BO de Pulp Fiction et où Alex schultz montre une facette nouvelle de son talent dans le style « californiawaïen ».
Le traditionnel  « She wants to sell my monkey “, est encore ici arrangé de toute de beauté, avec une Honey toute en souplesse et qui place un solo de piano de grand classe qui sait faire monter la tension !
La reprise du superbe morceau de Russ Fratto, est magnifique où en entend Rod chanter le refrain dans le micro saturé de l’harmo ce qui rend l’ambiance ésotérique ! Et que dire du chorus d’harmonica, entièrement soutenu et appuyé par la section rythmique et un Jimi Bott d’exception.
Les morceaux s’enchainent et le niveau ne redescend pas, au contraire, avec LA démonstration de toute la classe de Rod Piazza à l’harmonica. Sans doute un des morceaux d’harmonica d’exception qui m’a été donné d’écouter. « Low down dog » compo de J .Turner, commence avec une intro d’harmo bien senti qui annoncera le solo fantastique de Rod, puis s’enchaine sur un Jump des familles où tous sont en parfaite cohésion et où brillent notamment encore Alex et Jimi Bott. Puis vient le break où tout le sens rythmique de Rod magnifiquement accompagné du boogie de Honey va faire merveille. Tous reprendront en beauté pour finir ce morceau. Un joyau qui vaut à tout seul, lui aussi l’achat de ce CD.
L’album original se termine par un instrumental offert à sa femme. Les fans de piano vont être aux anges. On a le droit ici à une mise en place extraordinaire entre Honey et la section rythmique. Tout y passe, changement de style, de tempo. Bref, un boogie-jazz de toute beauté où le travail de la main gauche joué au piano est entêtant comme le bourdonnement d’une abeille.

La réédition par Hep-Cat Record nous gratifie de 3 bonus, dont un de la même session Hollywoodienne mais pas retenue sur la première mouture et deux morceaux enregistrés 1 an et demi plus tard dans un autre studio californien à Burbank.
Pour commencer il s’agit d’une reprise de « Back door Man » de Willie Dixon, chanté dans le micro d’harmo (sa spécialité !) et qui donne du poisseux à un morceau qui n’en manque déjà pas. Là encore l’harmonica est impérial dans son placement et dans ce son si gouleyant.
Le morceau initialement non retenu, un instrumental, vient ensuite. Il s’agit d’un shuffle bien senti, ou comment varier autour d’un simple thème pour fredonner de longues minutes encore la mélodie bien après avoir éteint la sono !
Mais vous auriez tord de l’éteindre prématurément, car un dernier Jump vous y attend, qui montre encore s’il le fallait tout le talent d’Alex Schultz qui là encore, à bien écouter les albums d’Hollywood Fats et consorts.

Un album indispensable à tous les harmonicistes et tous les amoureux de swing blues californiens où même la voix, souvent critiquer, de Rod Piazza est bien assurée ( ne vous attendez pas tout de même à des envolées lyriques). Et puisque qu’il faut quand même un peu critiquer, je mettrais un avis défavorable sur la pochette plutôt kitch comme souvent à son habitude : Un mélange de Magnum dans gloire et beauté à Miami Vice, avec mention spécial pour le polo panthère discrètement moucheté de vert et rose fluo…….d’ailleurs vous ne trouvez pas qu’il ressemble un peu à un harmoniciste de l’asso ?……vraiment, non ?

Ced

Sources :
La grande encyclopédie du Blues – Gérard Herzhaft
Soul bag
Blues Magazine
Site officiels :
http://www.themightyflyers.com
http://www.bluesstation.fr
http://www.alexschultz.com
http://www.jimibott.com
http://www.stuve.com

Publicités