Archives mensuelles : avril 2016

Billet de Nico Avril 2016

Couverture Avril 2016

JAM SESSION BLUES – Mars 2016

 JOKO était l’invité de Roazhon Blues pour l’ouverture de la Jam Session Blues du 03/03/16. Pour l’accompagner, il pouvait compter sur Guillaume à la guitare, Nico à la basse, Maxime à la batterie et Dom à l’harmo. JOKO en lead vocal avec l’excellente Soazig pour des duos en totale osmose sur les titres sélectionnés par JOKO himself.

DSC_3168

Juste avant la Jam, Joko est passé voir Pedro lors de l’émission le Laser Blues Train. Il a interprété un petit morceau acoustique avec sa dobro. L’émission Laser Blues Train a lieu tous les Jeudi de 18H30 à 20H00 sur Radio Laser 95.9 MHz

Après environ 40mn de titres classiques où l’improvisation avait la part belle, la Jam Session Blues s’ouvrait aux musiciens présents. La guitare reste l’instrument de prédilection, et les guitaristes devaient faire un peu la queue et attendre patiemment pour monter sur scène. Moins de presse pour la basse et l’harmo. La batterie a été assurée une bonne partie de la soirée par un grand gaillard, qui jouait fort bien et s’adaptait parfaitement au reste du groupe.

DSC_3180  DSC_3198 DSC_3206

Le chant reste la partie la plus délicate à combler. Si les guitaristes se pressent sur la scène, il faut attendre un petit moment pour savoir qui va bien vouloir chanter et quoi, car il faut avoir un répertoire bien préparé pour se lancer. L’exercice n’est certes pas facile, mais si vous avez des ami(e)s chanteurs ou chanteuses dans vos relations, demandez-leur de s’exercer sur un ou deux Blues et essayez de les convaincre de monter sur la scène du Mondo. Tout le monde appréciera une nouvelle tête et une nouvelle voix et cela permettra aux autres de se reposer un peu dans la soirée.

 

DSC_3227

Petite surprise en milieu de Jam, l’arrivée des invités de la session de Février, Jakez et Thomas, qui ne se sont pas fait prier pour jouer. Encore merci les gars d’avoir une fois de plus fait le déplacement. C’est super sympa !

 

 

LES 10ANS DES LAZY BUDDIES

11 MARS 2016 – Mondo Bizarro    mondo-bizarro

DSC_3599

Voilà un groupe Rennais de Blues, mais pas que, qui mine de rien laisse une empreinte dans le paysage musical de la ville de Rennes, et creuse le sillon du Blues dans la France entière. 10 ans que ça dure ! Et d’autant plus que la formation initiale n’a guère évolué. Il n’y a eu que deux changements au cours de ces 10 années. Un premier à la batterie, David a remplacé Pascal, puis dans un second temps Max a pris la contrebasse de Fred. Et depuis ça roule comme ça. Preuve que lorsqu’un groupe joue d’abord pour prendre du plaisir et offrir au public leur bonne humeur, ça tient. Chez les Lazy Buddies pas de problème d’égo à gérer, personne ne se prend la tête. Juste l’ambition de donner le meilleur de soi et de s’éclater. Ce qu’ils ont démontré une nouvelle fois ce vendredi 11 Mars au Mondo, date retenue pour fêter cette première décennie de folie.

Lazy buddies

Rappelons quand même un peu leur parcours, depuis les premières apparitions sur la scène du Mondo, lors des Jam (déjà à l’époque !), aux premiers engagements dans quelques bars de la région. Pour se faire connaitre et obtenir des engagements, ils enregistrent en 2008 un premier album « Swing It, Swing It Babe ». Réalisé avec les moyens du bord, enregistré chez Pascal, il fera office de maquette. Composé uniquement de reprise, (dont une en Français de Benoit Blue Boy), le son des Lazy est déjà présent. Cà swing drôlement. Ce CD leur permet d’obtenir la confiance des programmateurs de festival et d’obtenir des premières parties (Montfort sur Meu, Bain de Blues)

This little girls gone rockin'

Chaque concert est un succès et leur réputation scénique commence à se faire connaitre un peu partout avec systématiquement une pluie d’éloge. Prenant confiance en eux, ils commencent à interpréter leurs propres compositions. Et c’est toujours pareil, ça fonctionne, le public en redemande toujours plus. Alors en 2011, les Lazy prennent les choses au sérieux et enregistrent un second album « This Little Girl’s Gone Rockin’ ». 5 compos personnelles, 6 reprises, le disque est doté d’un 3 étoiles dans le magazine Soul Bag. Quand on connait l’esprit pointu des chroniqueurs qui reçoivent en permanence des CD, on ne peut qu’être fier pour eux. Et ça s’entend, que ce soit sur des nouveaux titres comme « Fairly Tale Of A Woman Womanizer » ou ou une reprise de Junior Wells « Checking On My Babe », arrangé à la sauce Ray Charles, le résultat est sans appel, superbe.

Forcément, ça ne passe pas inaperçu et la rançon du succès arrive. Les scènes se multiplient et maintenant les Lazy se déplacent sur la France entière. Sans pour autant prendre la grosse tête. Si c’est toujours un honneur de jouer sur une belle scène de renommée nationale en première partie d’une de leur idole, le plaisir de jouer reste intact que ça soit dans un camping ou dans un bar de la région. C’est le meilleur moyen de garder la cohésion du groupe et ça fait office de répétition générale pour les grands soirs. En 2012, ce sera un peu leur consécration. Ils vont jouer sur la grande scène de Cognac, lors du Festival Cognac Blues Passion, qui était (et encore maintenant, mais dans une autre mesure) LE festival Blues Français. Nico et Soazig ont été de nombreuses années spectateurs sur ce festival. Le fait de passer de l’autre côté, est tout simplement un rêve qui se réalise. Si on peut deviner leur fierté de jouer sur cette scène, rien ne vaut de les écouter raconter ce pur moment de bonheur qu’ils ont vécu, avec de nombreuses anecdotes à la clé.

Alors en suite logique, ils jouent du Nord au Sud, de L’est à l’Ouest de la France, et à chaque fois, c’est un succès phénoménal. Les ventes de disques en fin de concert prouvant l’enthousiasme du public !

LazyBuddies_playitloud!

Il leur fallait graver ça, et en 2012, l’opportunité de se faire enregistrer Live dans d’excellente condition se présente. Le concert aura lieu au Tambour à Rennes et ce sont des étudiants en son qui vont se charger de l’affaire. Tout le monde était là. Famille, amis, fans, et les Lazy nous ont livrés un grand concert que l’on retrouve donc dans l’album « Play It Loud ! », avec des morceaux jamais enregistrés comme la reprise de BB KING « Woke Up This Morning » qui ouvre l’album. Depuis les scènes ne se sont pas arrêtées, le travail non plus. De nouveaux titres sont dans la play list et ne demandent plus qu’à être enregistré. Gageons que ce 4ème album verra le jour bientôt.

Alors en attendant, oui, dix ans ça se fête, et toujours dans un esprit de convivialité. Le lieu ? Le Mondo évidemment. Avec qui ? Pas de problème, les amis de longue date, ceux qui les ont aidé à se lancer, ceux qui, pour un ou deux concerts, ont remplacé un des musiciens absent pour raison personnelle, et puis le public toujours fidèle à chaque prestation des Lazy. Alors, quand Guillaume et Nico (guitare), Max (contrebasse) David (batterie) et Dom (harmo) montent sur scène, emmené par l’infatigable Soazig (chant) ont sait qu’on va passer une bonne soirée. Tout est en place, le chant, la guitare, l’harmo. Paf ça démarre, ça claque fort, Dom prend un solo, Guillaume ou Nico prennent le relais à la guitare. La section rythmique n’est pas en reste : Max slappe sa contre basse avec toute son énergie et David le suit les yeux fermés. Soazig, magnifique dans sa robe rouge et fleur dans les cheveux, interprète les reprises du groupe mais aussi les compositions des Lazy, qui sont devenus au fils du temps les standards du groupe.

Le public est nombreux et la bonne humeur de circonstance. Après un premier set magistral, une pause avant de remonter sur scène pour une deuxième partie de soirée encore plus folle. Les Lazy Buddies avaient invité tous ceux qui ont participé un jour ou l’autre à jouer avec eux. Donc la liste des guests était longue, et tous ceux dispo ce jour-là sont venus jouer un morceau. Même Pascal, batteur d’origine s’est assis derrière les fûts pour un shuffle. Gaucher, il a joué sur la batterie de David qui est droitier. Inimitable dans son style, il a assuré comme un diable. Puis viendront sur scène Thomas (frère Guillaume) à la guitare, Eric Le Beau à la contre basse, Ced à l’harmo , Joko évidemment était également présent. Puis se sera finalement les copains musiciens qui viendront taper le bœuf au fur et à mesure de la soirée Antoine (guitare) , Maxime (batterie), Thomas (sax). Le tout se clôturera par un rassemblement général sur la scène du Mondo pour un « We Were Wrong » de folie.

Manquait un gros gâteau avec les bougies qui scintillent de mille feux, mais promis jurer, y’en aura un pour les 20 ans !

 

Publicités

FESTIVAL BLUES EN RADE

Du 25 au 27 Mars 2016

Voilà, la huitième édition de Blues en Rade s’est terminée dimanche 27 Mars par un excellent concert de MG & the Two A’s. MG pour Michel FOIZON à la guitare et Gladys AMOROS au chant. The Two A’s pour Abdell Be Bop à la contrebasse et Andy Martin à la batterie. Programmé au dernier moment en remplacement de Nico Backton (qui s’est blessé la main avec une hache, moins facile pour jouer de la guitare, on lui souhaite un bon rétablissement !), ils nous ont offert un concert de haute volée. Blues de New Orleans, Chicago Blues, Gospel, le répertoire est varié. Gladys a une très belle voix, qui peut changer facilement de tonalité ce qui rend les interprétations encore plus séduisantes.

DSC_4029

Ils nous présentent plusieurs morceaux de leur dernier album « Journey Into The Blues » produit par Nico Wayne Toussaint himself ! Michel FOIZON, son complice sur scène mais également dans la vie privée depuis 20 ans, nous démontre toute son habileté à jouer sur sa Fender Telecaster. Quelques envolées en solo raviront le public. Quant à la section rythmique, elle suit sans problème ; on aura même le droit à un solo d’Abdell Be Bop. Le public finira debout dans la petite salle de Riantec et réclamera par deux fois le retour de Gladys sur scène pour un formidable final.

En ce qui me concerne, ça avait commencé le vendredi 25 Mars au soir à la chapelle St Pierre de Port-Louis. Reconstruite au XIX ème siécle, elle abrite des statues du XVème et de jolies stalles. Bien aménagé, une petite scène se tient devant le chœur. L’endroit est parfait pour accueillir une centaine de spectateur.

Li’l Red & the Roosters se présente en formation trio.DSC_3743

La base étant Pascal Fouquet et Jenny Lee Mulligan accompagné pour la soirée de Philippe Brière, harmoniciste entre autre des Hoodoomen. Dans un nouveau répertoire sur lequel ils ont beaucoup travaillé, Pascal nous délivrera d’excellent solo de guitare, souvent inspiré de T. Bone Walker. Le coté jazzy prend plus de place sous cette nouvelle version, mais le bon vieux blues n’est pas en reste. Le cadre restreint de la chapelle associé à la musique des li’l Red créé un petit phénomène assez magique. On est vraiment privilégié dans cet espace.

On pouvait poursuivre la soirée au Bar « La Peau de L’ours », avec The Wacky Jugs en mode trio également. L’endroit est encore plus réduit, et du coup il y fait très chaud, mais peu importe. LeadBelly s’invite plusieurs fois au cours de la soirée. Stillpot Jack lance des blagues à tout va. On est la pour passer un bon moment entre potes et l’objectif est largement atteint.

Samedi 26 était la journée phare du festival. Et pour cause ! 17H30, RDV à la médiathèque de Locmiquélic pour un concert de Sean Carney. L’endroit est sympa, bien lumineux, des bancs et des chaises sont installés, mais victime du succès, tout le monde ne peux pas rentrer.

DSC_3782Et si on est arrivé un peu tard, il est même difficile de voir les artistes. Pour ceux qui étaient présents, la sensation est d’avoir un concert privé dans son salon. Sean Carney nous présente certains morceaux de son dernier album « Throwback », et ça sonne plutôt bien. Concert privé mais court, impératif du bon timing de la journée, il est déjà 19H00. L’association Blues Rive Gauche, est déjà prête à recevoir le public sous leur chapiteau pour manger, boire tout en écoutant Ronan One Man Band. Ambiance cool, les artistes sont parmi le public, tout le monde discute, le plaisir de revoir les potes c’est ça aussi un festival, ces moments de convivialité partagés entre tous.

DSC_3771

Le temps de prendre place dans la grande salle de l’Artimon, et voilà Guy Le Texier qui vient nous présenter CW AYON venu du Nouveau Mexique. Il est accompagné par Denis Agenet à la batterie et d’Abdell Be Bop à la contre basse.

Cette formule trio est en place depuis seulement un an. C’est lors de l’édition du festival Terri’Thouars Blues de 2015, où CW AYON en était l’invité pour la première fois en France qu’il fit la connaissance de cette section rythmique. Si aux USA il joue et enregistre plutôt en one man band, CW AYON a débuté en trio. C’est en rencontrant Denis et Abdell qu’il a voulu reformer un groupe. Depuis ils ont tourné ensemble et la formule est gagnante. Denis et Abdell apportent vraiment un plus au style Hill Country Blues de CW AYON. Il y a vraiment des moments très forts dans le show, surtout quand il entonne des chansons dont il s’est surement inspiré de ses origines sioux. La voix, la guitare, tout est fluide et nous transporte dans les grands espaces Américains. Assurément une belle surprise.

DSC_3797

Ensuite venait Matthew Skoller Band. Entame du show à l’américaine, avec Sean Carney à la guitare et au chant, soutenu comme l’après midi par Pascal Delmas à la batterie et Fred Jouglas à la basse. 3 titres chantés par Sean, puis Matthew arrive sur scène. Je l’avais vu pour les 100 ans de Muddy Waters, mais à cette occasion ce n’était pas lui la tête d’affiche, mais plutôt John Primer.

DSC_3941

Mais ce soir c’est bien lui qui mène le groupe et de quelle façon ! Superbement bien soutenu par Sean à la guitare, il va nous jouer du pur Chicago Blues, avec de très belles parties d’harmonica, instrument emblématique du Blues des années 50-60. Plusieurs morceaux de son nouvel album à paraitre en Mai. C’est un show man, professionnel, ça se sent. La voix est puissante au chant et donne à l’ensemble un effet très dynamique. Il fera venir CW AYON à la guitare pour le rappel. Le public est debout et chante avec le groupe.

8ème édition du Festival Blues en Rade et on a déjà hâte à la 9ème. Voilà un festival qui mène son petit bonhomme de chemin, avec toutes les petites galères de ce genre de manifestation, mais bien vite rattrapées par l’enthousiasme des bénévoles, un public présent d’année en année, et des artistes partageant avec plaisirs leur musique. Alors certes, à l’affiche pas de superstars du Blues (ni d’autres choses d’ailleurs), mais au final que des bons moments musicaux, avec des vrais morceaux d’authenticité. Soyez curieux, venez écouter ce que ces programmateurs ont déniché pour nous. Rien de tel que la musique live. Un visionnage sur You Tube ne vaut en rien un concert dans lequel vous êtes embarquez par la magie de l’instant, d’un long solo de guitare, d’harmonica, emporter par une voix sensuelle.

A la fin on est heureux, on voudrait que ces moments ne s’arrêtent jamais. Et on est content d’être venu et de pouvoir dire « J’y étais ». La région Bretonne est riche en Festival, profitez en ! Merci à Guy Le Texier et à toute l’équipe de bénévole qui travaille avec lui. C’est du beau boulot !