FESTIVAL BLUES EN RADE

Du 25 au 27 Mars 2016

Voilà, la huitième édition de Blues en Rade s’est terminée dimanche 27 Mars par un excellent concert de MG & the Two A’s. MG pour Michel FOIZON à la guitare et Gladys AMOROS au chant. The Two A’s pour Abdell Be Bop à la contrebasse et Andy Martin à la batterie. Programmé au dernier moment en remplacement de Nico Backton (qui s’est blessé la main avec une hache, moins facile pour jouer de la guitare, on lui souhaite un bon rétablissement !), ils nous ont offert un concert de haute volée. Blues de New Orleans, Chicago Blues, Gospel, le répertoire est varié. Gladys a une très belle voix, qui peut changer facilement de tonalité ce qui rend les interprétations encore plus séduisantes.

DSC_4029

Ils nous présentent plusieurs morceaux de leur dernier album « Journey Into The Blues » produit par Nico Wayne Toussaint himself ! Michel FOIZON, son complice sur scène mais également dans la vie privée depuis 20 ans, nous démontre toute son habileté à jouer sur sa Fender Telecaster. Quelques envolées en solo raviront le public. Quant à la section rythmique, elle suit sans problème ; on aura même le droit à un solo d’Abdell Be Bop. Le public finira debout dans la petite salle de Riantec et réclamera par deux fois le retour de Gladys sur scène pour un formidable final.

En ce qui me concerne, ça avait commencé le vendredi 25 Mars au soir à la chapelle St Pierre de Port-Louis. Reconstruite au XIX ème siécle, elle abrite des statues du XVème et de jolies stalles. Bien aménagé, une petite scène se tient devant le chœur. L’endroit est parfait pour accueillir une centaine de spectateur.

Li’l Red & the Roosters se présente en formation trio.DSC_3743

La base étant Pascal Fouquet et Jenny Lee Mulligan accompagné pour la soirée de Philippe Brière, harmoniciste entre autre des Hoodoomen. Dans un nouveau répertoire sur lequel ils ont beaucoup travaillé, Pascal nous délivrera d’excellent solo de guitare, souvent inspiré de T. Bone Walker. Le coté jazzy prend plus de place sous cette nouvelle version, mais le bon vieux blues n’est pas en reste. Le cadre restreint de la chapelle associé à la musique des li’l Red créé un petit phénomène assez magique. On est vraiment privilégié dans cet espace.

On pouvait poursuivre la soirée au Bar « La Peau de L’ours », avec The Wacky Jugs en mode trio également. L’endroit est encore plus réduit, et du coup il y fait très chaud, mais peu importe. LeadBelly s’invite plusieurs fois au cours de la soirée. Stillpot Jack lance des blagues à tout va. On est la pour passer un bon moment entre potes et l’objectif est largement atteint.

Samedi 26 était la journée phare du festival. Et pour cause ! 17H30, RDV à la médiathèque de Locmiquélic pour un concert de Sean Carney. L’endroit est sympa, bien lumineux, des bancs et des chaises sont installés, mais victime du succès, tout le monde ne peux pas rentrer.

DSC_3782Et si on est arrivé un peu tard, il est même difficile de voir les artistes. Pour ceux qui étaient présents, la sensation est d’avoir un concert privé dans son salon. Sean Carney nous présente certains morceaux de son dernier album « Throwback », et ça sonne plutôt bien. Concert privé mais court, impératif du bon timing de la journée, il est déjà 19H00. L’association Blues Rive Gauche, est déjà prête à recevoir le public sous leur chapiteau pour manger, boire tout en écoutant Ronan One Man Band. Ambiance cool, les artistes sont parmi le public, tout le monde discute, le plaisir de revoir les potes c’est ça aussi un festival, ces moments de convivialité partagés entre tous.

DSC_3771

Le temps de prendre place dans la grande salle de l’Artimon, et voilà Guy Le Texier qui vient nous présenter CW AYON venu du Nouveau Mexique. Il est accompagné par Denis Agenet à la batterie et d’Abdell Be Bop à la contre basse.

Cette formule trio est en place depuis seulement un an. C’est lors de l’édition du festival Terri’Thouars Blues de 2015, où CW AYON en était l’invité pour la première fois en France qu’il fit la connaissance de cette section rythmique. Si aux USA il joue et enregistre plutôt en one man band, CW AYON a débuté en trio. C’est en rencontrant Denis et Abdell qu’il a voulu reformer un groupe. Depuis ils ont tourné ensemble et la formule est gagnante. Denis et Abdell apportent vraiment un plus au style Hill Country Blues de CW AYON. Il y a vraiment des moments très forts dans le show, surtout quand il entonne des chansons dont il s’est surement inspiré de ses origines sioux. La voix, la guitare, tout est fluide et nous transporte dans les grands espaces Américains. Assurément une belle surprise.

DSC_3797

Ensuite venait Matthew Skoller Band. Entame du show à l’américaine, avec Sean Carney à la guitare et au chant, soutenu comme l’après midi par Pascal Delmas à la batterie et Fred Jouglas à la basse. 3 titres chantés par Sean, puis Matthew arrive sur scène. Je l’avais vu pour les 100 ans de Muddy Waters, mais à cette occasion ce n’était pas lui la tête d’affiche, mais plutôt John Primer.

DSC_3941

Mais ce soir c’est bien lui qui mène le groupe et de quelle façon ! Superbement bien soutenu par Sean à la guitare, il va nous jouer du pur Chicago Blues, avec de très belles parties d’harmonica, instrument emblématique du Blues des années 50-60. Plusieurs morceaux de son nouvel album à paraitre en Mai. C’est un show man, professionnel, ça se sent. La voix est puissante au chant et donne à l’ensemble un effet très dynamique. Il fera venir CW AYON à la guitare pour le rappel. Le public est debout et chante avec le groupe.

8ème édition du Festival Blues en Rade et on a déjà hâte à la 9ème. Voilà un festival qui mène son petit bonhomme de chemin, avec toutes les petites galères de ce genre de manifestation, mais bien vite rattrapées par l’enthousiasme des bénévoles, un public présent d’année en année, et des artistes partageant avec plaisirs leur musique. Alors certes, à l’affiche pas de superstars du Blues (ni d’autres choses d’ailleurs), mais au final que des bons moments musicaux, avec des vrais morceaux d’authenticité. Soyez curieux, venez écouter ce que ces programmateurs ont déniché pour nous. Rien de tel que la musique live. Un visionnage sur You Tube ne vaut en rien un concert dans lequel vous êtes embarquez par la magie de l’instant, d’un long solo de guitare, d’harmonica, emporter par une voix sensuelle.

A la fin on est heureux, on voudrait que ces moments ne s’arrêtent jamais. Et on est content d’être venu et de pouvoir dire « J’y étais ». La région Bretonne est riche en Festival, profitez en ! Merci à Guy Le Texier et à toute l’équipe de bénévole qui travaille avec lui. C’est du beau boulot !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s