Archives mensuelles : juin 2016

BLUESMILES

Fête de la musique – Montfort-sur-Meu

17 Juin 2016

Concurrence oblige et vitalité des petites communes à participer à un évènement national, Montfort sur Meu, organisait comme beaucoup d’autres, sa fête de la musique avant l’heure. L’esprit d’origine, qui permettait à chacun le 21 Juin, de descendre spontanément dans la rue et jouer ou chanter ce que bon lui plaisait, a disparu pour laisser place à une organisation plus professionnelle. Du bourg à la capitale du département, chacun veut avoir son animation estivale et de qualité. Tout cela représente un coût, aussi bien coté commerçant qu’artiste, et les motivations de chacun ont bien changé en 35 ans.

Montfort n’échappe pas à cette situation et organise donc sa fête de la musique. Alors en ce 17 Juin au soir il y avait quelques groupes, chorales dans les rues qui jouaient devant un public assez clairsemé. Le temps n’était pas forcément de la partie et n’incitait pas à flâner dehors.

2016-06-17_Bluesmiles-060

Mais malgré tout, dans ce contexte, il y avait une bonne raison de venir à Montfort et plus particulièrement au PMU, le Galop’1. Faut dire que Françoise Bornet (propriétaire depuis Février 2015), n’a pas forcément attendu cette date pour faire une animation musicale, puisqu’elle était aussi partenaire du Montfort Blues Festival 2015 qui avait vu la venue de Slawek Blues Project, puis d’Eric C & Kevin Doublé. Festival, qui je le rappelle, a lieu tous les ans, le 3ème weekend de Novembre. Et c’est donc tout naturellement qu’elle s’est retournée vers Cédric COBRET (programmateur du dit Festival), pour lui trouver un groupe pour assurer cette soirée de la fête de la musique. Ni une ni deux, Cédric a consulté son carnet d’adresse et a proposé aux Bluesmiles de venir jouer. Pas de souci, tout heureux qu’ils étaient de venir jouer là, un endroit qui leur rappelait leurs débuts, puisqu’en 2011, ils s’y étaient produits pour le Montfort Blues Festival

Les années ont passé, et le groupe est le même, emmené par le charismatique Fabrice GALODE, chanteur guitariste.  Autre évènement, ils en profitaient pour présenter leur tout premier CD, enregistré en début d’année, et qu’ils venaient de recevoir. Je crois bien que c’était les premières ventes.

cdLes Bluesmiles, au départ, comme beaucoup, c’est un groupe de reprises de standard du Blues, mais aussi du rock. Si Fabrice est orienté Blues (il a déjà effectué le voyage à Chicago et jammer avec des noms illustres de la cité du vent, dans des cafés-concerts tout aussi renommés), la rythmique (Nico à la basse et Mat aux drums)elle, est plus rock, avec un son plus lourd. L’ensemble est soutenu par la guitare rythmique de Jay et l’harmonica de Seb. Le tout donne un ensemble Blues Rock qui sonne un peu vintage.

Ne doutant de rien,  c’est bien 10 compositions personnelles qu’ils ont enregistré sur leur CD, et qui sont interprétées ici en live. Mélangées aux reprises habituelles, le concert enthousiasme le public qui en redemande encore et encore. Comme me confie un collègue arrivé là après avoir fait le tour de la commune, « c’est le meilleur groupe de la soirée ».

Fabrice connait les ficelles du métier, et n’hésite pas à se lancer dans un solo tout en se déplaçant parmi le public, qui adore ça. La fin du set se termine par les classiques « Johnny Be Good » et « Sweet Home Alabama » repris en chœur par la foule. Seb n’est pas en reste, et son harmonica est omniprésent sur tous les titres. Il laissera sa place en fin de soirée à Cédric qui ne se fera pas prier pour interpréter 4 ou 5 titres dont un « Hey Joe » improvisé, réclamer depuis un bon moment par un spectateur. C’est aussi ça les Bluesmiles, ça fait d’abord plaisir au public.

2016-06-17_Bluesmiles-156

Merci à Françoise Bornet d’avoir organisé ce concert, à Cédric d’avoir fait la liaison avec les Bluesmiles et à eux pour leur prestation et leur cool attitude.

On les retrouvera à la rentrée, plus longuement c’est promis !

Un merci spécial à Benoit David, photographe amateur de la région, qui suit les Bluesmiles depuis longtemps et qui fournit, bien aimablement, ici les photos de cet article.

Publicités

BAYOU BREIZH FESTIVAL

05 JUIN 2016 – GUIPRY

En ces temps d’opinions controversées sur une loi du travail où chacun se déchire pour faire valoir ses droits (pour ensuite essayer d’obtenir les faveurs du peuple et s’enorgueillir d’un succès bien mitigé), il y en a un autre, ici-bas qui s’use à la tâche pour offrir à ses invités, juste un moment de pur bonheur. Pas sûr que Pedro ait respecté le code du droit du travail et le nombre d’heures hebdomadaires (même les sup) pour que son Bayou Breizh Festival soit prêt en temps et en heure.

Si en plus, la chance se met de son côté, y’a toutes les raisons d’être heureux. Et là-haut, au-dessus de nos têtes, y’a peut-être bien un Dieu du Blues qui a décidé d’épargner la Bretagne. Car s’il avait plu par chez nous autant qu’il a plu dans le Nord de la France, certes le Bayou aurait porté à la perfection son nom, mais le Bayou Breizh festival n’aurait pas eu lieu, pour cause d’inondation.

Au contraire, rien de tout çà, on aura même le soleil, absent depuis presqu’une semaine.

DSC_6783Alors, qui peut se permettre aujourd’hui, d’organiser dans SON jardin, un festival GRATUIT, avec des têtes d’affiches nationales (internationales c’est pour l’année prochaine) et attirer 600 personnes un dimanche après-midi ? Pedro SABATER

 

Ce gars force le respect. Pedro c’est une rage de vivre, c’est le Hell’s Angel du Blues, mais avec un cœur gros comme çà. Pour lui le mot « Impossible » n’existe pas. Il croit juste en lui et s’est donné pour mission de nous accueillir de la meilleure manière. Alors on suit, tout le monde suit, et çà marche !

Quand on arrive sur le site, y’a des jeux pour enfants (et oui le Bayou ce veut un festival familial), y’a Jacques qui expose ses cigars box, y’a une buvette qui ne désemplit pas, un stand restauration, des chapiteaux avec des tables et des chaises pour le confort de tous, bref ça respire la joie de vivre, le bonheur, la convivialité. On retrouve les potes et tout le monde est là, chacun a fait le déplacement et parfois de loin pour venir passer l’après-midi chez Pedro.

Sur scène, c’est à Bo Weavil que revient l’honneur d’ouvrir le Festival. Voilà 20 ans qu’il se produit en One Man Band sur les scènes nationales et internationales, en première partie des plus grands artistes (Ben Harper, Robert Plant, Betty Lavette, etc.). Et en ce 5 Juin, c’est accompagné de Denis Agenet qu’il se produit sur la scène du Bayou Breizh festival. Artiste Blues, mais pas que, Matthieu Fromont adore mélanger les styles et puiser dans le folk et les musiques africaines, pour obtenir des sonorités modernes. Son dernier album « A Son Of Pride » sortit en 2015, a été encensé par la critique musicale française.

DSC_6691

Sur scène il nous plonge au plus profond du Bayou, interprète des morceaux folk blues au banjo, puis plus électrique à la guitare. Denis Agenet apporte sur certains titres une touche cajun avec son washboard, une touche voodoo avec des colliers façon gri-gri. C’est tout en nuance, mais le Blues n’est jamais loin et reprend vite ses racines dans cette terre fertile de Guipry.

Petit intermédiaire officiel sur la scène avec la présence de deux élus locaux dont Mr le Maire de Guipry, pour dire tout le bien qu’ils pensaient de cette belle initiative et assurer leurs soutiens moral et financier à cette entreprise qui met en lumière cette bourgade d’Ille et Vilaine le temps d’une journée. C’est quand même le genre de moment où tu peux te dire que ce que tu fais est bien, que c’est reconnu, que ceux qui t’ont pris pour un ouf au départ, avaient tort ! On peut imaginer ce que Pedro peut ressentir à cet instant-là !

DSC_6758

 Ensuite c’est au parrain du festival de se mettre en place. Ronan One Man Ban, présent depuis le début de l’aventure, est chouchouté par Pedro. Imaginez, ce gars a le droit à SA scène. Et comme l’ancienne s’est un peu fracassée, Pedro est reparti de la base d’origine (une caravane) pour en faire une toute nouvelle. Que de la récup, beaucoup d’imagination et autant d’heures de travail, pour un résultat remarquable. Je vois dans cette transformation de scène tout l’esprit du Bayou cher à Pedro. Et Ronan était à l’aise sur cet espace. Tellement à l’aise, qu’on ne l’arrêtait plus. Il jouait son Dirty Deep Blues, bien gras et bien rugueux, changeait de guitare passant du dobro à la cigar box, le bottleneck toujours présent. Le public adore, ne s’en lasse pas et en redemande. C’est Pedro qui l’obligera à s’arrêter. Y’a quand même quelques règles élémentaires à respecter dans le Bayou, et le timing pour arrêter la musique en fin de journée, est à prendre au sérieux. La continuité du festival passe par là.

DSC_6772

Et puis c’était l’heure de laisser la place à la tête d’affiche de la journée, les Flyin’ Saucers Gumbo Special.

DSC_6868

Pour les fidèles du Bayou, le duo Fabio Izquierdo (chant et mélodéon) et Fabrice Joussot (chant et guitare) étaient déjà à l’affiche l’année dernière. Cette fois ci c’est le groupe dans son intégralité avec Cédric Le Goff aux claviers et chant, Jean-Charles Duchein à la basse et Stéphane Stanger à la batterie. Les Flyin’ c’est un mélange de Swing, de Jump, de rythm’n’blues, de zydeco, bref un cocktail explosif.

Arrivé dans la journée, la balance n’avait pas pu être faite. Prêt à démarrer, Fabio en bon professionnel, lance juste un petit check à la sono pour s’assurer que tout est OK. Grand moment de solitude pour le sonorisateur qui n’arrivait pas régler les retours sur scènes comme chacun le demandait. Comme quoi ça sert les balances. Le groupe a démarré comme ça mais on voyait bien que ça ne collait pas. Coté public on n’entendait pas tous les instruments, coté scène, les musiciens n’étaient pas concentrés sur leur musique. Et puis avec un peu de patience, de débranchements et rebranchements, ça s’est mis en place. Tout le monde s’est détendu, et on a pu profiter de cette musique du Bayou, à laquelle le mélodéon cajun de Fabio apporte une touche très Louisianaise.

DSC_6809

Les titres sont tirés de leur magnifique dernier album Swamp It Up ! sorti déjà en 2014. Avant de finir, comme le veut la tradition du Bayou, ils feront venir sur scène Joko toujours présent pour taper le boeuf, ainsi que Cyril le leader de Vicious Steel. Puis le show se terminera en acoustique, chacun descendra de scène pour suivre Cédric qui pour le coup chante a cappella, traverse la foule telle une fanfare, le public suivant derrière. Nous rejoindrons ainsi la buvette où le concert prendra officiellement fin. Originale et sympathique comme clôture, chacun pouvant prendre un verre et discuter avec les membres du groupe. C’est à l’image de toute la convivialité de ce Festival.

Le Bayou Breizh Festival grandit au fil des années, et devient un incontournable sur la carte des Festival de Blues. Pedro peut enfin décompresser, tout s’est bien déroulé, y’a plus qu’à fêter ça !

Mais je le sais déjà en préparation de la prochaine édition, avec surement encore de nouvelles idées. Encore des heures de travail devant lui, mais peu lui importe, c’est pour nous qu’il le fait, il est comme çà Pedro. A bientôt et merci encore pour cette belle journée !