Archives mensuelles : novembre 2016

ROCKIN’ JOHNNY BURGIN & AKI KUMAR

LE SOUBOCK – 02/11/2016

Fin Août 2016, je rencontre Marc LOISON aux RDV de l’Erdre, qui me confie officieusement que le 02 Novembre prochain, le Soubock recevra Rockin’ Johnny Burgin & Aki Kumar. Tout heureux d’apprendre cette nouvelle, je lui promets de faire le déplacement. Une fois l’annonce officielle faite, il a bien fallu tenir mon engagement.

soubock1Pour ceux qui ne connaissent pas, le Soubock, c’est à 35 Km de Caen, plus exactement à Cauville. Arriver sur place, l’endroit est un peu magique. Grand parking, avec un bâtiment en bois un peu en forme d’église que l’on peut voir dans quelques films américains. Quand on rentre, c’est plutôt ambiance chalet à la montagne, tout est en bois et donc très chaleureux.dsc_9910

On y retrouve vite des potes venus aussi spécialement pour ce concert.  Les tables sont disposés façon cabaret, en face de la scène, ou à l’étage supérieur, en mezzanine, avec vue sur la scène. Le temps de prendre une bonne bière, de s’assoir à la table réservé à mon nom, de commander l’assiette de tapas réservée par avance, nous voilà bien installé, pour vivre ce concert. En terme de jauge, ce n’est pas complet, mais il me semble qu’il y a tout de même une bonne fréquentation.

Marc LOISON présente d’abord la section rythmique, composé de Pat MACHENAUD à la batterie et de Phil DANDRIMONT à la basse. dsc_9942Puis c’est au tour de  Aki KUMAR, costume sombre, petite pochette assortie à la couleur orange de la chemise, très classe. Né en Inde à Bombay. Aki est arrivé en Californie à l’age de 18 ans. Sur place, il découvre le Blues grâce à une scène très vivante dans la région de San Francisco. Fasciné par cette musique, et par la rencontre d’harmoniciste tel que Kim WILSON, William CLARKE ou Rick ESTRIN, il se met à apprendre l’harmonica. Crédité sur plusieurs disque, dont l’excellent dernier de Rockin’ Johnny « Greetings from Greaseland – California« , il a sorti deux CD son propre nom, dont le dernier « Aki Goes To Bollywood » qui est une adaptation Blues de chansons indiennes des années 50/60. Album original qui montre l’étendue de ce peut être le Blues au 21ème siècle.

dsc_9846Le dernier à monter sur scène est Rockin’ Johnny BURGIN dans un style beaucoup plus simple et décontracté, à l’américaine pourrait on dire. 1ère date de leur tournée Européenne, dont seulement 3 dates en France (Le Soubock, Le Cabaret Vauban à Brest et le BayCar Festival à Dunkerque) on sent le groupe un peu tendu au départ. Début de concert tranquille avec un Rockin’ Johnny en lead. Guitariste chanteur, sa voix n’est pas d’une grande intensité. Plus à l’aise à la guitare et sur certain style comme un bon vieux rock’n’roll, il n’en rajoute pas et reste sobre et précis dans son jeu. Aki place ses notes d’harmo là où il faut. La section rythmique peine un peu à trouver le bon feeling pour être en cohésion avec Rockin’ Johnny. Pas surprenant non plus quand c’est la première fois que l’on joue ensemble. Ça suit un peu en décalé, mais ça ne lâche pas non plus les amarres . Le set est composé de reprises et d’anciens et nouveaux morceaux titres du dernier album « Greetings from Greaseland – California ». On entendra ainsi « Cold Chills » et « Homework ». Le set se déroule dans une bonne ambiance, mais rien de vraiment accrocheur pour confirmer que l’on a vraiment bien fait de faire toute cette route. Puis, pour le dernier titre de ce premier set, Aki KUMAR prend le chant  et l’harmo devient prédominant. Et tout à coup on passe dans une autre dimension du show. Aki nous dévoile sa vraie facette, celle d’un performer. Le chant est puissant, et le jeu d’harmo juste et varié. On entend les influences de ces maitres, tel que ce début d’intro à la James Cotton. Le ton est monté d’un cran, et on a pris plaisir à les voir jouer. Malheureusement, ça s’arrête là pour cette première partie. Ils nous ont mis l’eau à la bouche, il va falloir concrétiser.

dsc_9853

Le temps de passer commande au bar, le deuxième set repart. Celui-ci va aller crescendo, chacun prenant ses marques avec les autres. Aki KUMAR est de plus en plus le leader, et c’est un véritable plaisir de l’entendre chanter et jouer. Il y va de son hommage à celui qu’il considère le plus grand d’entre tous : Rice MILLER (Sonny Boy WILLIAMSON II). Il est à l’aise avec le public et sait le faire vibrer.  Rockin’ Johnny semble plus à l’aise en tant qu’accompagnateur et ses interventions sont plus significatives. Le public est invité à venir danser devant la scène, mais la configuration de la salle ne laisse pas beaucoup d’espace pour se lâcher. Il y aura bien quelques courageuses à suivre le rythme endiablé imposé maintenant par Aki KUMAR. Ce second set se terminera par une ovation qui obligera le groupe à remonter sur scène.

Ce rappel va se transformer en bœuf avec une reprise de l’inusable « Sweet Home Chicago ». Si l’on avait souhaiter un morceau moins classique, la venue sur scène de Marc LOISON à la guitare, Marc MITOU à la batterie et Philippe GEHANNE  à l’harmonica, transformera ce moment en une battle d’harmonica, puisqu’il y avait pas moins de 3 harmonicistes sur scène, Rockin’ Johnny montrant qu’il se débrouillait très bien aussi avec cet instrument.

dsc_9946

L’heure de fin annoncée du concert (22H00 pour permettre à chacun de rentrer « tôt ») était déjà bien dépassée, que Marc LOISON incitait le public à encore plus de bruit pour un énième morceau, ce que le groupe s’est largement acquitté, dans sa formation de tournée. C’est donc vers 23H00 que nous avons repris la route, mais en ayant en tête un excellent concert, doublé d’une belle découverte avec la prestation de AKi KUMAR, tant il maitrise la scène. Début d’une tournée Européenne, qui va les amener dans le nord de l’Europe avant de revenir en Italy et Espagne, le Soubock a su saisir l’opportunité de nous offrir un concert exceptionnel.

Merci à Marc LOISON et à toute l’équipe du Soubock pour leur accueil chaleureux.

Publicités