Archives mensuelles : février 2017

LES NUITS DE L’ALLIGATOR

ECHONOVA – 07/02/17

Douzième édition de ce festival atypique, itinérant dans l’Hexagone avec une affiche variable selon les villes. Et comme toujours, un peu d’écoute confirme le besoin d’aller découvrir de nouveaux talents. En ce qui concerne la salle de l’Echonova à St Avé (à coté de Vannes), elle accueillait la toute première date de cette tournée. Et en programmation, on était gâté. Etait annoncé Luke Winslow-King, Theo Lawrence & The Hearts et King Biscuit. Je n’en connaissais aucun, mais après une écoute sur le net (ah cet outil merveilleux ! ), j’ai pris mon billet en étant sûr d’entendre du Blues mais pas que.

King Biscuit avaient la tache d’ouvrir les festivités. Trio basé près de Rouen, Sylvain CHOINIER (chant, guitare) et ses acolytes jouent un blues brut, rappelant des sonorités des Appalaches, du type Hill Blues Country. Sont rajoutés quelques sons électroniques pour une touche moderne, plus quelques instruments donnant une touche originale à l’ensemble. C’est bien joué, les consonances blues sont présentes sur quasi tous les morceaux, mais l’énergie rock n’est jamais bien loin. Reste à Sylvain d’être un peu plus communicatif avec le public pour créer un climat plus chaleureux.  Combo sympathique qui vient de sortir leur 1er album « Well, well, well ». Affaire à suivre.

Deuxième groupe de la soirée, Théo Lawrence & The hearts, ont déjà une belle réputation sur les scènes françaises. Ils ont déjà joué sur les plus gros festivals : Printemps de Bourges, Francofolies, Rock en Seine. Et tout ça avec un seul 45 T « Heaven to Me« . Mais ce soir il présentait leur premier EP « Sticky Icky« .

Une partie du public ne venait d’ailleurs que pour eux. Ils sont jeunes et tout l’avenir devant eux. La première fois que je les ai entendu j’ai tout de suite pensé à Nick Waterhouse, une soul californienne, gorgée de soleil, teinté de R’n’B et de rock. A l’écoute j’ai beaucoup apprécié. Sur scène, j’avoue avoir été un peu déçu. Groupe assez figé, tout est centralisé sur Theo, même si la rythmique est efficace et un second guitariste, placé dans le fond de la scène, montre de réelle qualité.  Il devrait venir plus souvent devant.

Leur musique est soul, mais quand même assez pop. Pas que cela soit désagréable, mais j’ai trouvé une certaines monotonies dans leur répertoires. Je sais que tout le monde n’approuve pas ces propos, mais c’est mon sentiment. Il faudrait qu’ils se lâchent un peu plus, comme lors du dernier morceau. C’est surement la voix à prendre pour asseoir une belle réputation.

Leur agenda est bien rempli à ce qu’il parait, gageons que nous en entendrons parler encore.

La confirmation de ce que je viens de dire, viendra (pour moi) avec celui qui était un peu la tête d’affiche, Luke Winslow KIng. Américain de 33 ans, né dans le Michigan,  mais établit depuis un moment à la Nouvelle Orléans, proche des racines Blues. Il va offrir un show tout en énergie, parfaitement en place, avec une réelle connivence entre lui et ses musiciens, dont le guitariste Italien Roberto Luti, installé également à la Nouvelle Orléans.

dsc_1653

Avec lui, tous les styles proches du Blues sont passés en revue. Les sonorités louisiannaises (Louisianna Blues), mais aussi  la soul, le Rhythm’n Blues et le rock. Tout au long du concert il laissera de long moment à Roberto, qui excelle entre autre dans le jeu de slide.

Mais ce qu’on retiendra avant tout, c’est cette énergie. Ce qui manquait à Théo Lawrence. L’achat de son dernier album « I’m GladTrouble Don’t Last Always« , me fera découvrir un registre plus calme. Mais toujours avec ces sonorités du sud des états unis, là où le Blues est né.

dsc_1683

Quoiqu’il en soit, même si les avis étaient partagés sur les prestations des uns et des autres, la soirée fût excellente avec de belles découvertes. Le festival des nuits de l’Alligator sait mettre en valeur des talents en devenir, et que l’on retrouve ensuite souvent sur d’autres scènes hexagonales ou grand festival.

PS : A Nantes une autre affiche des nuits de l’alligator était programmé avec Fantastic Negrito. Je n’ai pas pu y assister, mais les echos que j’en ai eu, laisse entendre une grosse prestation dans un style bien particulier.

Publicités

OUVERTURE DES CANDIDATURES AU TREMPLIN BLUES DES RDV DE L’ERDRE

16487297_1392234870816055_1903003564412073361_o

Élément incontournable de la programmation des Rendez-vous de l’Erdre, le Tremplin Blues permet chaque année aux amateurs de Blues de se produire devant un large public dans des conditions professionnelles. En formation musicale, en solo, professionnel ou non, le tremplin est ouvert à tous dans la limite de 6 membres par groupe.

Une commission d’écoute constituée d’amateurs et de professionnels sélectionnera 6 finalistes parmi les candidatures reçues, lesquels se produiront sur scène lors de la finale le samedi 2 et le dimanche 3 septembre 2017. Un jury de spécialistes désignera les trois lauréats du Tremplin Blues et de nombreux prix spéciaux seront attribués, dont celui du MONTFORT BLUES FESTIVAL, dont ROAZHON BLUES est partenaire ! Ce groupe ouvrira la 10ème édition en novembre 2017.

Toutes les infos sont ici :

http://www.rendezvouserdre.com/candidats-tremplin-blues/