Edition 2017

CHRONIQUE DE NICOLAS STURMA

Du 10 au 18 Novembre 2017

10 ans que ça dure ! De quoi ? Le Montfort Blues FestivalMontfort Blues

10 ans et pas une seule édition manquée. Faut dire qu’habitant à 6 km de Montfort, j’en fais une action citoyenne. Et en dix ans, on en a vu passé des artistes, de renommée locale , régionale, nationale et internationale. Je n’en citerai aucun pour ne vexer personne de ne l’avoir pas mentionné, mais tous ont contribué de belle manière à faire ce qu’est aujourd’hui le Montfort Blues Festival. Merci à eux, merci à la commune d’inscrire ce festival dans la saison culturelle, et merci à Cédric pour son dévouement et sa programmation. Et merci au public de répondre présent chaque année.

DSC_618610 ans ça se fête, mais pas question de voir les choses en 10 fois plus grand. La formule reste la même, un festival off dans les bars, et une soirée avec 4 groupes dans la salle de l’Avant Scène. Même si celle-ci est sold out depuis 3 ans maintenant, elle se prête bien à la soirée. Depuis 10 ans, on se sent un peu chez soi, c’est chaleureux, on y retrouve les copains, que demander de plus ?

Absent le 1er week end, j’ai manqué Red Cabbage au Galop’1 le vendredi 10 novembre. Petite nouveauté, le samedi 11, le deuxième concert se déroulait dans un nouveau lieu à Pleumeleuc au NPA. Les Flying Chickens ont assuré avec un rockabilly superbement bien rythmé parait il, devant un public enthousiasme.

Le week end suivant, c’est les Beanshakers de Douarnenez qui officiait au Galop’1. Jeune groupe, récent vainqueur du prix « Soul Bag » au RDV de l’Erdre (décidément un inépuisable lieu de talent en devenir) leur inspiration est clairement du coté du Chicago Blues. Quelques touches de Jump Blues et de Rhythm’n’Blues, et il n’en faut pas plus pour qu’en fin de soirée, le Galop’1 se transforme en en club du Southside avec plusieurs danseurs, bien décidé à profiter de cet instant.

Soazig (Lazy Buddies) viendra interpréter 2 titres avec les Beanshakers, avant que Cédric vienne soutenir Thierry Perron, pour quelques belles joutes d’harmonicas.

The Beanshakers_008

DSC_7353Tout en restant dans le raisonnable, cette dixième édition était marquée par une tête d’affiche un peu exceptionnelle.   John NEMETH à Montfort, c’est pas rien :. Américain de 42 ans, il est né dans l’Idaho. Il s’est forgé une belle réputation d’entertainer en Californie dans les années 2000. Chanteur, harmoniciste, il a joué avec Anson Funderburgh, Junior Watson, Elvin Bishop, et ouvert  pour Robert Cray, Keb’ Mo’ et Earl Thomas. Il a également été nommé 5 fois aux Blues Music Award. Dans le petit monde du Blues sa venue était attendue. D’autant plus qu’il tourne principalement aux Etats Unis et que sa présence en France et en Europe est plutôt rare. Mais cela change un petit peu. Depuis 2013, John NEMETH s’est installé à Memphis, pour deux raisons. Avoir une position plus centrale, afin d’éviter de long déplacement lors de ses tournées américaines. Et pouvoir enregistrer dans les fameux studios de Memphis, car ce nom évoque de suite le Memphis sound des années 60-70, et les noms de l’écurie Stax Records : Wilson Pickett, Sam & Dave et surtout Otis Redding, pour ne citer qu’eux.

DSC_7437

En 2013, il enregistre l’excellent « Memphis Grease » dont il reprendra plusieurs morceaux lors de ce concert (My Baby’s Gone, Testify My love, Bad Luck Is My Name, etc…), puis en 2017, « Feelin’ Freaky », qu’il défend lors de cette tournée. Quel plaisir de retrouver «Under The Gun », « Feelin’ Freaky », « Kool Aid Pickle » en live. Si sur ces albums, il y a une touche cuivre prononcée, ici en France , c’est en carré d’As qu’il se produit, Chant, Basse, Batterie, Guitare. Le personnel derrière ces instruments, c’est la crème Française. Tout d’abord, Fabrice Bessouat, batteur mais également aux manettes de son label Soul Shot (https://www.soulshot.biz/), c’est lui qui nous propose ces formidables artistes que sont John Nemeth, mais aussi Curtis Salgado aux RDV de l’Erdre ou Kirk Fletcher au VIP au printemps dernier. Allez sur son site, pour vous tenir informé des prochaines tournées à ne pas manquer.

DSC_7435

A la basse son fidèle lieutenant, Antoine Escalier. Ce dernier me confiait que jouer avec des artistes tel que John Nemeth, te forçait à te surpasser. Et si tous travaillent d’arrache pied, il y en a un qui doit mettre les bouchées doubles. Anthony Stelmaszack à la guitare a été impérial une fois de plus. Quel guitariste, quel son ! juste superbe.

DSC_7408

Dernier concert de leur tournée, la cohésion du groupe est parfaite. Les titres s’enchainent naturellement, les breaks sont précis, la mise en place des morceaux carré. John Nemeth dans une combinaison de travail recoloré à la peinture, gère et occupe la scène avec facilité, sans monopoliser le devant et surtout en laissant de la place à chacun. Et Anthony nous a encore démontré (voir CR du concert de Loretta & the Bad Kings » à Blues en Chenin) qu’il est un musicien exceptionnel, l’un des meilleurs guitaristes français. Le concert fût fabuleux de bout en bout, à la hauteur de l’évènement. Un moment qui restera gravé dans les mémoires du Montfort Blues Festival.

Tradition oblige, pour débuter la soirée, nous avions les vainqueurs du prix Montfort Blues Festival du tremplin des RDV de l’Erdre, avec Elise & the Sugar Sweets. Blues, Soul, Rhythm’n’Blues, peu importe le genre, leur musique dégage une énergie communicative. Jeune groupe, mais Olivier Raymond (guitare), Jérome Ferrie (basse) , Olivier Ferrie (batterie) , Sylvain LANSARDIERE (orgue) sont des vieux briscards de la scène Blues et mettent leur talent au service de la belle voix de la jeune Elise Heyte.

DSC_7264

Le début du concert fût difficile pour les spectateurs à cause d’un son bien trop fort qui ne permettait pas de distinguer les instruments. Heureusement qu’en cours de route, cela s’est amélioré, ce qui nous a permis d’apprécier la voix chaude d’Elise, et plus particulièrement sur la reprise de « I’d rather go blind » d’Etta James. Maintes fois reprise par de nombreux artistes, la version de ce soir fût pleine d’émotion et mettra en avant le toucher d’Olivier Raymond, dans un très long et bon solo de guitare. On sent que la force de ce groupe vient de ce duo guitare chanteuse. Le reste du groupe est un peu mis en retrait, scéniquement et musicalement.

DSC_7233

Ce tremplin des RDV de l’Erdre porte bien son nom, car il propulse ces groupes sur les scènes des festivals nationaux. Fred Cruveiller Blues Band, autre vainqueur de ce tremplin, avait remporté le prix Bain de Blues en 2016. Il était donc sur la scène de Bain  au printemps dernier. Cette dernière est plus grande que celle de Montfort, et malgré une belle prestation, ils étaient restés un peu sur leurs réserves. Mais celle de ce soir sera magnifique, la meilleure que j’ai eu l’occasion de voir de ce groupe. L’été a été propice, de nombreuses dates leur ont permis de s’affiner, et à Montfort, c’est en toute décontraction qu’ils vont nous jouer leur Blues Rock .

DSC_7312Power trio, les 3 lascars que sont Fred Cruveiller, Laurent Basso et Eric Petznick, balancent du Chicago blues ou Texan, entre reprises et compos perso. Fred envoi des solos de guitare incisifs. Ce n’est jamais ennuyeux et le son est bon. On apprécie pleinement le niveau du jeu. La rhytmique n’est pas en reste et soutient parfaitement Fred. Un très bon concert de rock blues, qui fait l’unanimité, ça fait du bien. Le public réclamera chaleureusement un rappel, que le Fred Cruveiller Blues Band se fera un plaisir de jouer.

Fred profitera encore un peu de la ferveur des spectateurs, après le concert, au stand de ventes de CD. Dédicaces pour de nouveaux fans, tout heureux de découvrir cet artiste

Les Shaggy Dogs, clôturaient le festival. 4ème groupe de la soirée, c’est une rude tâche, surtout après le concert de John Nemeth. Il est déjà tard et nombre de spectateurs quitte la salle. C’est dommage, car ce combo du sud de Paris, a plusieurs albums à leur actif et une longue expérience (nationale et internationale) de la scène derrière eux. Autant dire qu’ils savent ce que mettre le feu veut dire. Inspiré du son Pub Rock, dont le Dr Feelgood en est la référence, les Shaagy Dogs, déboulent leur rock sans ménagement avec un son massif. Pascal Redondo, dit Red, parcours la scène entre chant et harmonica.

DSC_7522

Plus tard, Olivier Raymond, guitariste de Sugar Sweet est invité à jammer avec Les Chiens Hirsutes. Deux guitares rageuses, une basse grondante, c’est 100% rock’n’roll.

DSC_7547

Un rappel à fond de 6, avec « Road 66 » finira de nous mettre KO.

Une photo avec les musiciens et les derniers spectateurs mettra fin à cette très belle 10ème édition du Montfort Blues Festival.

DSC_7555

Seules les deux petites bougies des 10 ans n’étaient pas à la hauteur du moment. Il manquait un gros gâteau avec 10 vraies bougies. Mais promis, ce sera pour les 20 ans.

DSC_7325

Merci à toute l’équipe du Montfort Blues Festival, à Cédric, à François et aux techniciens, qui cette année nous on offert une belle lumière, ça fait plaisir.

RDV en Novembre 2018.

 

CHRONIQUE DE CHRISTOPHE MOUROT (SOUL BAG)

http://www.soulbag.fr/news/index/type/live/id/633

 

 

Vous souhaitez participez à l’édition 2018, envoyez vos propositions sur cette adresse :

montfortcontactbluesgmail.com

 

 

 

 

 

 

 

Publicités